Christian Cambois

17 décembre, 2013

Christian Cambois  dans Réunion-Discussion reunion-12-01-300x257

Conférence AVRIL 2014

6 décembre, 2013

Pour les modalités de réservations et les diverses précisions pour notre prochaine conférence, veuillez nous contacter par mail.
Le nombre de places sera limité et les réservations sont obligatoires …

 

Affiche-26-avril-pour-le-web

Rencontre avec Christian Cambois

6 décembre, 2013

« Communiquez avec vos proches disparus »
C’est le titre du livre qu’il vient d’écrire …

1426133_773840152641441_1467402898_n

 
Un échange fort sympathique avec cette personne qui, à ma grande surprise, a un parcours présentant de nombreuses similitudes avec le mien dans le domaine du paranormal … 
et ayant quasiment les mêmes optiques que moi !

Nous le recevrons à l’occasion de notre prochaine réunion-discussion qui devrait se dérouler en janvier 2014.

Un retour aux sources pour Reynald Roussel

6 décembre, 2013
Image de prévisualisation YouTube

 
Ce fut un immense plaisir que de revenir en ses terres, lui qui est originaire du pays de bray et ayant vécu à Neufchatel en bray.
C’est donc vous dire qu’il était ravi de savoir qu’une association au thème qu’il côtoie fréquemment venait d’y naître et de surcroît le sollicitait pour établir une conférence.
Aussi, Reynald en profitait pour venir en villégiature durant quelques jours avant la conférence. Sa conférence …

Nous l’avons accompagné à Neufchâtel et ainsi nous avons pu longuement discuter et connaître ses tous premiers débuts, sa révélation, son premier contact vers l’âge de 6 ans … le curé d’Ars.
Nous nous sommes rendus en l’église où tout s’est déroulé, au pied de cette statue. Un moment intense.
Reynald s’est également confié sur ses ressentis de l’époque et nous a montré les lieux.
Un Reynald aux anges, avec des étoiles plein les yeux.
Des instants magiques et de pur bonheur.

S’en est suivie la conférence qui a permis à quelque 110 personnes de le revoir ou de le connaître plus assurément et de mettre une image sur la médiumnité dans toute sa splendeur.
Pour se faire, il était accompagné de Michel Hocq, médium.
Ils ont su se donner et faire en sorte qu’il s’agisse d’un instant privilégié pour chacun.
Ce fut une sacré et superbe conférence qui permettait également d’officialiser le lien qui nous unit avec lui puisque Reynald Roussel est le parrain de l’association.
Fait dont nous sommes honorés au plus haut point !

Bien évidemment, Reynald reviendra, pour notre plus grand plaisir à l’occasion d’autres conférences ou journées à thèmes …
Merci à tous deux …
Merci aux participants … d’un côté et de l’autre …

Ce diaporama photos vous donnera un aperçu de ces quelques jours, de ces quelques lieux.

 

 

 

Le Parrain de l’association

6 décembre, 2013

parrainage

1ère conférence de Reynald Roussel avec l’association

6 décembre, 2013

le samedi 28 septembre 2013 à proximité de Neufchâtel en bray (76)
une centaine de personnes participaient à cette toute première conférence publique 

 

Image de prévisualisation YouTube

Anecdote lors de la conférence de Septembre 2013

6 décembre, 2013

DSC_0098 (2)

En première partie, lors de la conférence de Reynald, nous avons subi quelques désagréments avec notre micro sans fil.
Celui-ci grésillait de façon intempestive malgré le fait que la pile était neuve et que les branchements étaient corrects.
Après avoir tout essayé pour supprimer ces légers bruits, nous sommes parvenus à trouver l’origine du problème : le boitier récepteur était mal positionné, et en le déplaçant alors au dessus de notre matériel de sonorisation, donc nettement plus en hauteur, les grésillements et l’effet de souffle s’estompèrent.
Et ainsi, la conférence pu se poursuivre plus sereinement.

Après une pause, et donc en seconde partie, Reynald et Michel commencèrent les contacts médiumniques.
Or, le micro sans fil se mit à nouveau à nous causer des problèmes alors que nous n’avions rien modifié durant la pause.
Cette fois-ci, le problème ressemblait au dysfonctionnement que fait le micro à une distance trop éloignée du boitier récepteur ou à l’utilisation d’une pile trop usagée.
Ce qui n’était absolument pas le cas …
Nous avons eu beau tout vérifier à nouveau, rien n’y faisait pour stopper ce dysfonctionnement.

Puis, quelques minutes plus tard, les désagréments s’arrêtèrent nets et tout redevint normal …
Je ne cherchais pas à comprendre, bien content que cela fonctionne correctement et ce, jusqu’à la fin des contacts médiumniques.

J’avoue que j’étais surpris du comportement inhabituel de ce matériel qui ne m’avait pourtant jamais fait défaut auparavant et je me révélais un tantinet déçu et furieux, surtout en cette occasion …

Ce n’est qu’une fois chez moi, assis tranquillement dans le fauteuil, que la solution m’est venue de façon soudaine.

Le dysfonctionnement de la première partie était logique et a pu être rectifié aussitôt.
Par contre, le dysfonctionnement de la seconde partie (lorsque les contacts médiumniques ont commencé) était inexplicable.

Comme il s’agit d’un micro sans fil HF qui nécessite l’utilisation d’ondes, de fréquences, je pense que celles-ci ont été perturbées lorsque les premiers contacts ont eu lieu, d’où les dysfonctionnements inhabituels.
Ces fréquences ont peut être servi de support supplémentaire au médium ou à contrario, ont gêné la fluidité des premiers contacts.

Dès lors, j’utiliserai un micro avec fil pour des contacts médiumniques !

Conférence SEPTEMBRE 2013

6 décembre, 2013

conférence bis

Reportage vidéo d’une conférence de Reynald Roussel

6 décembre, 2013

Une de nos premières entrevues avec Reynald Roussel lors de sa venue à Rouen pour une conférence médiumnique que nous avions organisée avec l’association Sixième Sens, en 2005 et 2006.

Ce jour là, je me suis dit : Ce médium là, il est génial ! C’est le meilleur … Et je continue de le dire.

http://www.dailymotion.com/video/xeo2pq

 

 

La synchronicité

6 décembre, 2013

TEMOIGNAGE TROUBLANT reçu en 2003 et dont les faits devraient dater de 1986 :

François n’a pu accompagner sa famille au ski dans les Pyrénées, pour raisons professionnelles. Il est donc resté chez lui et rejoindra les siens quelques jours plus tard.

Le jour venu, il prend la direction de la montagne et à la mi-journée il se trouve sur l’autoroute.
Nous sommes aux vacances de Pâques, il fait un temps superbe et la chaîne des Pyrénées s’étale couverte de neige et offrant un paysage splendide.

Alors qu’il devait prendre la sortie d’autoroute menant à la vallée d’Aure, François se surprend à continuer en direction de Toulouse.
L’autoroute venant d’être terminée, elle dévoile des panoramas jusque là cachés.
Il poursuit donc sur une route qui l’éloigne de façon opposée à l’itinéraire logique qu’il devait emprunter.

Après une quinzaine de kilomètres, survient une panne hydraulique sur son véhicule Citroën. Tous les voyants du tableau de bord sont rouges. Il s’arrête aussitôt sur la bande d’arrêt d’urgence et constate que la pompe hydraulique est désolidarisée du moteur.
Une panne assez bizarre à première vue.

N’ayant plus de freins et de suspensions, il rejoint lentement la prochaine sortie distante de quelques kilomètres.
Au péage, François contacte son assistance et un dépanneur vient remorquer la voiture pour le garage Citroën le plus proche.

Sur place, le chef d’atelier se révèle perplexe et considère cela comme une drôle de panne. Le véhicule doit être immobilisé trois jours minimum puisque la pompe doit être changée et qu’il n’en dispose pas en stock.
François se voit dans l’obligation de contacter à nouveau son assistance.

Son interlocutrice propose qu’on lui mette à disposition un véhicule pour continuer sa route, ce qu’il accepte. Puis au moment de conclure la conversation téléphonique cette dame lui stipule :
 » A moins que vous ne préfériez que l’on vous accompagne à votre destination. « 

François, sans hésitation, comme mû par une force, accepte cette dernière proposition. Quelqu’un va donc venir le chercher au garage rapidement.

Après 45 minutes d’attente, il s’impatiente et commence à regretter son choix. Mais une voiture s’arrête. Un homme d’une cinquantaine d’années en descend et lui demande s’il est la personne ayant sollicité l’assistance.
Ils récupèrent ensuite les bagages puis quittent les lieux.

Il s’échangent des banalités d’usage et prennent la direction de la vallée d’Aure. Au bout d’un moment, le chauffeur lui demande :
 » Vous êtes sapeur pompier ?  » Il avait en effet vu sur le pare brise de la Citroën l’autocollant des pompiers « Sauver ou périr « .
François lui répond par l’affirmative sans toutefois s’étendre sur le sujet.

Le chauffeur lui raconte alors qu’il a contribué à monter le centre de secours de sa ville et qu’il y est pompier depuis plus de 25 ans.
Il est également propriétaire de la compagnie d’ambulances locales et qu’ainsi, il travaille pour la l’assurance.
S’en suit un long monologue où il explique son goût pour les secours.

Il en vient ensuite à parler d’enfants, du soucis occasionné lorsqu’ils grandissent, surtout à l’adolescence.
Il explique le risque des jeux de rôle et précise qu’il est intervenu auprès des médias à ce propos et qu’il a déposé une plainte pour une histoire de jeu de rôle ayant mal tourné.

François se révèle un peu surpris de cette conversation qui malgré tout est loin de ses soucis actuels et le chauffeur doit apparemment s’en rendre compte. Il lui demande alors où il demeure et réplique à François qu’il n’aime pas cette ville qu’il connaît.

Il raconte ainsi à François que son fils a dû se rendre dans cette ville pour suivre une classe de terminale spécialisée qui n’existait que dans cette ville. L’année s’est mal passée et avec le temps, il a vu son fils aller de plus en plus mal sans comprendre ce qui se passait.

Un jour, son fils s’est suicidé dans ce lycée par pendaison dans un rite satanique consécutif selon lui à un jeu de rôle.

Le conducteur est bouleversé en racontant cette histoire datant de deux ans.

Divorcé, il déclare qu’il n’a pu avoir de précisions complètes sur les circonstances de la pendaison de son fils. Il s’est donc rendu à plusieurs reprises dans cette ville pour prendre contact avec les pompiers et tenter de rencontrer le médecin SAMU qui l’avait réanimé avant qu’il soit conduit au CHU.
Il aurait tant aimé rencontrer ce médecin pour savoir …

François revoit encore le visage de cet homme, lorsqu’avec une certaine émotion il lui dit posément :
 » le médecin qui a réanimé votre fils, c’est moi. « 

 » Oui je suis bien la personne que vous avez cherché. Oui je vais pouvoir vous expliquer en détails ce que j’ai fait pour votre fils.
La réanimation difficile, le coeur qui repart mais le cerveau qui a souffert et donc le transfert au CHU, et la mère à qui j’expliquerai tout cela. « 

Puis c’est à son tour de raconter la suite, la mort de son fils plusieurs mois plus tard, un soir de 31 décembre.

Arrivés à destination, ils sont restés 2 heures durant à parler, encore incrédules l’un et l’autre de cette rencontre plus qu’improbable.

Comment expliquer tout ce qui a mis François sur une route qui n’était pas la bonne mais la sienne ; une panne étrange ; un choix inhabituel ; ce qui les a mis en présence ; et surtout l’attente de cet homme enfin comblée …

12